LE KOBUDO



Le kobudo …ou l’utilisation des outils agraires de l’époque médiévale comme moyen de défense.


A l’époque des samouraïs, le Seigneur qui régnait sur l’archipel d’Okinawa exigea des habitants de l’île l’abandon de leurs armes afin de prévenir toute rébellion. Ingénieux, les habitants d’Okinawa détournèrent de leur utilisation originelle les ustensiles de leur vie quotidienne, tel le matériel de pêche et les outils agraires pour en faire des armes. Ainsi s’inventa une nouvelle technique de défense, le Kobudo.

 

Les principales « armes » étudiées à l’école Shin-Do Karaté sont : le Bô, le Tonfa, le Saï et le Nunchaku.

  • Le Bô : il s’agit d’un bâton en chêne ou en néflier dont la longueur atteint 1m80. C’est l’arme la plus ancienne. A l’origine, il était surtout utilisé par les cultivateurs, les marchands et artisans comme balancier pour transporter de lourdes charges sur leurs épaules ou pour la marche.
  • Le Tonfa : il s’agissait d’un ustensile avec lequel on pouvait pendre une marmite. Mais il servait aussi de manche de plusieurs outil.
  • Le Saï : Il s’agit d’un trident en métal qui a la forme d’un corps humain. Les parties renflées correspondent respectivement à la tête, aux mains et aux pieds. Autrefois, les policiers portaient et utilisaient cet instrument afin de maintenir l’ordre public, pour protéger le roi, ranger la foule et arrêter des criminels
  • Le Nunchaku : il s’agit de deux bâtons liés avec une ficelle. Cet instrument servait à écorcer, à battre les graines, c’est principalement un fléau à riz.